AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Mer 6 Sep - 19:14

Asarim Kass [Libre]Alentours du Domaine Zora
Ce n'est pas tant la chute qui importe,
mais plutôt ses conséquences

Pfooou...  Enfin au sommet ! Moi qui pensais arriver ici, à la Pointe du Risque-Tout, avant le coucher du soleil, je crois que c'est raté. C'est pas faute de ne pas avoir couru pourtant ! Je ne me suis même pas arrêté au Domaine Zora, j'ai dû tracer tout droit. Enfin bon, le point de vue reste tout de même incomparable même de nuit. Et puis j'ai de la chance, c'est quasiment la pleine lune ce soir. Les reliefs sont légèrement éclairés, parfait pour pouvoir profiter du paysage.

Le sommet n'a pas changé depuis la dernière fois. Il y a toujours cet arbre solitaire et la pancarte au bord de la falaise qui incite les jeunes guerriers zoras à plonger dans le lac du barrage. Je m'approche du panneau et regarde en contre-bas. Hum... Voilà bien un truc que je ne ferais jamais ! Je décroche mon accordéon et le pose loin de la bordure -il ne faudrait surtout qu'il tombe de la falaise- et je m'assois sur le rebord de la pointe, les pattes se balançant dans les airs.
On voit presque tout Hyrule d'ici. A gauche, il y a la montagne enneigée de Lanelle qui surplombe la région de Necluda. Droit devant, on retrouve la zora qui rejoint la plaine. Au loin, on peut apercevoir les hauteurs gérudos ainsi que Vah Medoh qui vole au-dessus du village. Enfin à droite, on voit la montagne de la mort dont les coulées de lave ressortent dans la nuit rendant le décor plus chaleureux. Toutes ces teintes font de ce lieu mon point de vue préféré du royaume.

La lune se reflète dans le lac du barrage. On peut même y apercevoir l'ombre de Vah Ruta cachée dans les profondeurs. Ça contraste vraiment avec le Domaine Zora qui lui est beaucoup plus lumineux. C'est toujours fascinant d'imaginer comment une telle bâtisse et son architecture ont pu voir le jour. Voilà autre chose que je ne me lasserai jamais de regarder.

Je relève la tête et observe le ciel. Pas de nuage, pas de pluie, voilà qui est peu commun par ici. Pas de rafale de vent, il est même plutôt doux. Alors, je ferme les yeux pour profiter de l'instant présent. Le silence règne dans ces falaises. Il n'y a que le vent qui siffle subtilement juste pour rappeler sa présence. Mais soudain, un énorme bruit se fait entendre derrière moi. Je n'ai même pas le temps me retourner que je me sens poussé et propulsé en avant dans le vide. La vitesse de la chute est si élevée que le vent semble me traverser de part en part. Panique ! Il faut agir vite ! Je me retourne à plat ventre. L'eau du lac se rapproche dangereusement. Je déploie les ailes et tente de prendre un contact favorable avec le vent pour ralentir. Ça semble fonctionner. Mais là je vais atterrir dans l'eau. Il faut que je bouge avant que mon aile ne me fasse mal ! Le point d’atterrissage le plus proche semble être une de ces structures qui maintiennent le barrage, celle sur la droite, la plus proche du Domaine Zora. Je me tourne dans cette direction. Le pire a été évité et la panique commence à me quitter petit à petit.

Quelques secondes plus tard, je me pose à mon objectif. Pfoou... ça a fait beaucoup d'adrénaline d'un coup ! Qu'est-ce qui a bien pu se passer là-haut ? Je reprends mon souffle un instant, et m'inspecte. Rien de casser, plus de peur que de mal ! J'examine ma ceinture, rien ne semble être tombé, mais...
Oh non... c'est pas possible... Mon accordéon est toujours au sommet de la pointe. Il faut absolument que je remonte et vite ! Voler jusqu'à là-bas sera trop éprouvant pour moi. Il va falloir que je fasse le tour au niveau des cascades pour monter palier par palier... Ça va prendre un temps fou ! Je commence à courir -encore- pour rejoindre le sommet mais maintenant que j'y pense qui aurait pu me pousser dans le vide ? Je démarre mon ascension avec cette question en tête. Si ce n'est qu'un bokoblin qui m'a poussé pour voler mon instrument, je devrais pouvoir gérer cela seul. Mais si c'est un moblin ou un autre monstre plus malin ou même quelqu'un de mal intentionné, je ne sais pas comment je vais pouvoir le récupérer. La panique me reprend. Je commence à stresser. Une seule chose est sûre... il faut absolument que je me dépêche !


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"


Dernière édition par Asarim Kass le Dim 10 Sep - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Sam 9 Sep - 22:43

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Le soleil brillait, le ciel était dégagé, seul quelques nuages blancs tachaient son bleu clair intact et pur. C'était une nouvelle magnifique journée pour le domaine Zora.
Ces temps-ci, les beaux jours étaient rares, car on était en saison des pluies dans le domaine. Ainsi, les nuages ou les averses étaient nombreuses. Mais aujourd'hui était une belle journée dégagée.

Mais c'était en cette journée que j'avais été débordé de travail et de paperasse. Étant l'héritier, je devais m'occuper de pas mal de choses, et connaître pas mal de sujets pour pouvoir prendre la relève de mon père lorsque le moment viendrait... Mais j'appréhendais un peu tout ceci. Je ne me sentais pas prêt à gouverner un peuple, ou du moins à le gouverner aussi bien que mon père. J'étais encore jeune, je manquais d'expérience – et par-dessus tout, je n'avais pas l'âme d'un gouverneur ou d'un chef. Il m'était difficile de prendre des décisions, et je m'emballais facilement. Ma sœur, elle, aurait été beaucoup mieux à ce poste. Elle était calme et posée elle saurait apporter au peuple ce qu'il désire... Moi, je ne pouvais que leur apporter un espoir indéterminé, qui pourrait toujours finir par s'envoler.

Je ne pu finir avant la tombée de la nuit. Mais lorsque les joyaux du ciel firent leur apparition, je me dis que je pouvais arrêter pour la journée, et respirer un peu. J'avais donc fait le tour du domaine, une balade qui m'aidait à me relaxer et à réfléchir avec tout ce qui se passait. Je respirais l'air doux qui se propageait par une légère brise semblable à une caresse, je regardais le ciel dégagé qui dévoilait ses bijoux, j'écoutais le clapotis de l'eau et les sons des animaux vivant dans les environs... Une véritable relaxation.

Je m'étais inconsciemment dirigé vers le bassin de Vah'Ruta, au pied de la pointe Risque-Tout. J'aimais bien monter sur cette colline et observer le domaine en son intégralité, puis parfois me lancer à plonger depuis la pointe. C'était une véritable expérience, de sentir le fouet du vent avant les bras de l'eau.

Mais à peine arrivais-je au bas de la montagne qu'un spectacle épouvantable s'offrait à moi : Quelqu'un était en train de tomber ! Je me précipitais, me disant qu'avec de la rapidité je pourrais rattraper la personne à temps, et la sauver. Les voyageurs étaient nombreux par-ici, mais ils ignoraient souvent la dangerosité du site, ce qui ne faisait qu'accumuler les accidents.

Mais alors que je courrais, le corps fut emporté par le vent et flotta dans l'air, avant d'aller atterrir à un endroit sauf. Je regardais la scène, ébahi, puis me rapprochais un peu plus. Ce n'était pas un Hylien, mais un Piaf ! Voilà pourquoi il avait échappé à la chute ! Je n'en avais jamais vu par ici, je savais juste que Mipha en avait un parmi ses amis, mais ils ne venaient pas vraiment dans le coin, si bien que je n'en avait jamais croisé d'aussi près. Savoir que le domaine s'étendait maintenant à attirer le peuple Piaf me ravissait au plus haut point !

Tout de même inquiet, je me dirigeais vers l'Homme-oiseau et déclara :
« Bonjour, voyageur ! Je t'ai vu tomber depuis la pointe, es-tu blessé ? Si besoin, le domaine est ouvert à toi ! »

J'ouvris mes bras pour accompagner mes paroles, un grand sourire au visage.

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Dim 10 Sep - 13:02

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Qu'est-ce qui allait se passer maintenant ? Vais-je arriver à temps ? Face à qui ? Le simple fait de me poser toutes ces questions me rassure encore moins. J'ai rarement été aussi angoissé. Je pense que ça se voit sur ma tête à trois kilomètres de distance. Pourtant, je n'arrive pas à penser à autre chose.

Alors que j'ai à peine commencé à courir, j'entends une voix masculine m'interpeller. C'est un zora, un grand zora, il est même plutôt jeune. Il semble très distingué, on peut tout de suite le remarquer. On n'en croise pas à tous les coins de rue des zoras avec autant de parures et de joyaux. Il s'agit sûrement d'un conseiller ou quelqu'un de ce statut. Je le regarde venir vers moi. Vu les armes qu'il porte, ce n'est pas impossible non plus que ce soit un guerrier zora. Mais bon, je n'ai pas le temps d'essayer de deviner de qui il s'agit. A vrai dire, ça m'embête un peu de rencontrer quelqu'un dans cette situation. Je ne vais quand même pas l'ignorer mais... il faut que je passe vite !

Il me demande d'un air accueillant si je ne me suis pas blessé dans ma chute et si je voulais faire halte au domaine. Je m'arrête dans ma course. Je déteste réagir comme cela mais je rétorque affolé :
- Oh... Bonsoir. Ne vous en faites pas... tout va bien... Je... je n'ai rien de cassé comme vous pouvez le voir... Je ne suis pas blessé... Et puis rien n'est tombé dans ma chute... Donc...Euh... Tout va bien !
Je n'ai jamais parlé à quelqu'un d'une manière aussi peu naturelle. Evidemment, qu'il y a un problème mais je ne veux surtout pas le déranger. Il a probablement des choses plus importantes à faire. Je poursuis alors avec ce même ton agité :
- Je suis vraiment désolé d'être aussi impoli... Vraiment... Mais je dois partir... Je suis... très... pressé. Vraiment navré de ne pas pouvoir discuter... Désolé... vraiment... euh... au revoir...
Je reprends ma course sans même attendre sa réponse. Je me rends compte que je lui ai vraiment parlé sèchement. Ce doit être la panique, je pense. Jamais je n'avais été aussi impoli avec quelqu'un. En plus, il semblait vraiment gentil avec son grand sourire, prêt à m'aider, peut-être... J'espère ne l'avoir mis mal à l'aise. Le pauvre, je n'ai vraiment pas été très aimable avec lui. Mais bon, maintenant c'est trop tard. Il faut que j’accélère!

Après de longues minutes d’ascension -qui ont par ailleurs semblé interminable-, j'arrive enfin au sommet du Mont de la Foudre. Je me cache derrière un rocher au cas où des monstres se trouveraient dans le coin. La zone à l'air plutôt déserte mais alors que je me faufile discrètement en direction de l'accès vers la pointe, j'aperçois au fond du plateau un camp de montres. Je m'approche tout doucement et me place derrière un autre rocher, plus proche. J'ai un bon visu sur le groupe d'ici. Voyons voir... deux bokoblins et un moblin... Il y a aussi mon instrument qui repose contre un tronc d'arbre couché au sol près du feu. C'est aussi ici que se trouve les armes du groupe. Je ne sais pas si l'on peut considérer des battes comme de vraies armes mais je pense que ces monstres sauront s'en servir si je manque de vigilance. Malheureusement, ils sont placés en cercle autour de leur feu. Chacun surveille les arrières des autres. Il va falloir établir un plan d'attaque. Enfin bon... un plan d'attaque où je n'attaquerais pas bien sûr. Ce serait du suicide !

Je repense à ce zora. Pourvu qu'il ne m'en veuille pas... Comment ai-je pu être aussi froid avec lui ? Ce n'est pourtant pas dans mes habitudes de réagir de la sorte. Quand tout ceci sera terminé, j'essayerai de le retrouver au domaine pour m'excuser. J'espère qu'il pardonnera mon importune...
Bref... Pour l'instant, il faut se tourner vers l'avant. Je regarde le ciel étoilé. Il est vraiment superbe ce soir. Vu que je sais maintenant où est mon accordéon, je me sens beaucoup moins angoissé. Je dirais même que je suis motivé et déterminé à le récupérer. Encore faudrait-il savoir comment s'y prendre...


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Mar 19 Sep - 19:32

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Le Piaf avait l'air affolé. Allons bon, n'avait-il jamais vu de Zora de sa vie ? Et puis, quand bien même, nous étions plutôt réputés pour notre taille et nos capacités. Il devait au moins savoir à quoi s'attendre en s'aventurant sur notre domaine, non ?

L'homme-oiseau à l'air pressé. Il me répond en hâte, m'assurant avec bien trop d'insistance qu'il va bien. Il avait vraiment l'air agité et pressé. Mais pourquoi se presser autant ? Le domaine est un endroit calme, où il est bénéfique de s'y reposer et de s'y relaxer, pas de courir de partout. Il s'excuse et déclare qu'il doit partir. Il a l'air totalement déboussolé et je penches la tête sur le côté en le regardant se remettre à courir vers le sommet de la pointe Risque-Tout. Tiens, mais pourquoi retourne-t-il à l'endroit de sa chute ? Peut-être y a-t-il oublié quelque chose ? Peut-être avait-il été attaqué et que ses affaires étaient encore au sommet ? Il arrivait que des monstres traînent autour du domaine. Mais si c'était le cas, il était en danger ! Et j'aurais pu l'aider à monter par les chutes d'eau... Mais il est déjà loin, et nous Zoras sommes connus pour ne pas être très bon à la course.
Mais je ne peux pas laisser l'homme-oiseau seul face à une possible menace – surtout que cette menace se trouve sur mon domaine. Il est de mon devoir de protéger mon domaine et les visiteurs qui s'y aventurent !

D'un bon, je saute dans le bassin et nage vers les chutes. Je les remonte aussi vite que je peux, il ne faut pas que je laisse cet homme face à un possible danger !
Je sors enfin de la dernière chute d'un bond, me retrouvant propulsé dans les airs. Mes yeux s'écarquillent un instant lorsque je vois un camp de monstre. Encore ! J'en avais combattu un la semaine dernière. Il faudra que je fasse un rapport à père, et que nous trouvions un moyen de renforcer les alentours du domaine, cela devient dangereux.

Alors que je suis toujours dans les airs, je sors mon arc et vise l'un des bokoblins, celui qui me fait face. Il reçoit la flèche de plein fouet, et je profite de ma descente pour sortir mon épée et m'abattre sur le bokoblin me tournant le dos. Celui-ci ne fait pas long feu et succombe à sa blessure, mais je ne pense pas que le premier bokoblin soit mort. Alors que la tension monte et que le moblin s'énerve, je profite de la courte pause pour regarder aux alentours. Je ne vois pas l'homme-oiseau aux alentours, il n'a donc pas été attaqué ou emprisonné. Peut-être n'est-il pas encore arrivé ? A moins qu'il ait été intimidé par le camp de monstres...

Je n'ai pas le temps de réfléchir, le bokoblin blessé se rue vers moi avec des petits grognements mécontents. J'évite ses petits coups et lui en assène un pour l'achever. Mais le moblin a eu le temps de récupérer son arme et m'attaque. Il est plus fort que les deux précédents et je tombe au sol, mais roule pour me relever comme je peux. Le monstre se rue sur moi et j'essaye de le repousser. Il est marron, donc plutôt fort. Mais j'ai déjà fait face à pire, je peux m'en occuper sans problèmes !
Si seulement je pouvais trouver un moyen de le faire tomber depuis la pointe... Mais contrairement aux bokoblins, il est plus intelligent, et ne poursuivra pas sa route si le vide se présente...
Ah, que faire !?


Spoiler:
 

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Jeu 21 Sep - 21:23

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Comment est-ce que je vais m'y prendre ? Je pourrais peut-être essayer de les distraire ? La technique du petit caillou jeté à l'opposé pourrait faire l'affaire. Quoique... Les bokoblins tomberont sûrement dans le piège mais le moblin lui comprendra tout de suite que c'est une supercherie.
Hum...
Sinon, je peux toujours foncer récupérer mon instrument. Ensuite, je cours jusqu'à la pointe et je saute. Hum... à voir, peut-être quand ils seront moins alerte.

Soudain, un énorme bruit se fait entendre au niveau de la cascade derrière moi. Une ombre passe furtivement au-dessus ma tête et une flèche part en direction du bokoblin de l'autre côté du feu. Le second, le plus proche, se fait trancher en deux à coup d'épée à l’atterrissage de la mystérieuse masse sombre. C'est le guerrier zora que j'ai croisé au barrage ! Il m'aurait suivi ? A vrai dire, ça ne m'étonne pas vraiment. Les zoras sont réputés pour leur bienveillance et vu comment j'étais tout à l'heure, il n'est pas surprenant qu'il ait senti que ça n'allait pas. Dans la pagaille du combat, les deux bokoblins ont fini par être tués et le moblin a récupéré sa batte. Il charge et bouscule le guerrier qui se relève tant bien que mal. Il est en position de faiblesse ! Il se trouve maintenant face au zora, entre ma position et le feu de camp. Je dois bien pouvoir lui venir en aide ! Je ne sais si je serai bien utile mais au moins ça fera diversion. Hum... La falaise est trop éloignée pour le faire tomber dans le précipice. Aucun rocher en hauteur pour l’assommer non plus. Il n'y a vraiment rien sur ce plateau qui puisse servir ?! A moins que... Oui ! Ça devrait pouvoir le déstabiliser un instant ! Je saute sur le rocher qui me cachait, vole à quelques mètres au-dessus du sol et profite de la descente pour foncer sur le moblin, pattes en avant. Le monstre est percuté de plein fouet et tombe dans le foyer. Parfait ! Il est loin d'être hors d'état de nuire mais l'homme-requin a le temps de se repositionner. Il enchaîne avec deux violents coups d'épée. Le moblin se dégage du feu et titube en grognant mais le zora l'achève d'un dernier coup fatal. J'avoue être impressionné par ces capacités de combat, c'est comme si tout ceci n'avait été qu'une formalité !

Après quelques secondes de répit qui m'ont surtout permis de reprendre mon souffle, je regarde le guerrier zora tout en ramassant mon instrument et le remercie :
- Merci infiniment pour votre aide ! Merci de vous être débarrassé d'eux. J'espère qu'ils ne vous ont pas blessé. Je me présente, je m'appelle Asarim.
J'accompagne mes mots de la plus grande sincérité et d'un sourire plein de gratitude. Je m'approche du feu. Je me souviens très bien de ce qu'il s'est passé quelques minutes plus tôt. Alors, je poursuis, un peu gêné :
- Je voudrais vraiment m'excuser par rapport à ce qu'il s'est passé au barrage. Je venais de tomber et j'étais un peu déboussolé cependant, ce n'est pas une raison pour répondre comme je l'ai fait à quelqu'un d'aussi accueillant que vous. J'ai vraiment été impoli. Pourtant, ce n'est pas dans mes habitudes de réagir de la sorte. J'espère ne pas vous avoir offusqué. Je suis sincèrement désolé.
Je suis soulagé d'avoir pu m'expliquer. C'est vraiment quelque chose qui me tracassait depuis un moment. J'examine mon instrument quelques instants histoire de voir si ces brutes ne l'ont pas endommagé. Ça a l'air d'aller. Il y a une légère trace de coup mais il pourrait bien s'agir de moi ayant percuté quelque chose dans la journée. Rien de grave, c'est certain. Je sors un tournevis plat de mon étui et resserre une vis légèrement déboîtée et le range. Alors que je raccroche mon accordéon à ma ceinture, je me retourne vers le zora, de nouveau avec le sourire :
- En tout cas, je suis très heureux de faire votre connaissance ! Vous êtes vraiment un combattant hors pair ! C'était vraiment impressionnant et je vous dois une fière chandelle. Je serais ravie de pouvoir vous aider. Après tout, je me dois de vous rendre service en retour !


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Lun 25 Sep - 1:51

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Les deux bokoblins avaient été abattus avec brio et facilité, mais un moblin plus fort me faisait face. Il m'avait renversé et, bien que je me sois relevé et que je sois en position de défense, il avait un avantage sur moi. Déjà, comparé aux bokoblins, il était grand – peut-être même faisait-il ma taille. Et il était fort. Mais ce n'était pas ce qui devait me faire plier ! J'étais un guerrier, un combattant, j'avais déjà combattu auprès des miens et sauvé le domaine d'un Octorok géant. Je n'allais pas me laisser faire par un vulgaire moblin !

Soudain, le monstre semble être percuté par quelque chose de volant – l'homme oiseau, bien sûr ! Il devait être dans le coin et m'est venu en aide, ou quelque chose comme ça ! Ah, il n'aurait pas dû, je me sentais mal au fait qu'il ait pu se blesser. Je lui demanderais après le combat !

Alors que le monstre est déstabilisé dans le feu, je me reprends en main et l'attaque à nouveau. Après quelques coups et grognements, j'achève enfin la bête. Victoire !

Je range mon arme alors que l'homme-oiseau me rejoins. Il me remercie de mon aide pour l'avoir débarrassé des monstres, et s'inquiète pour moi avant de se présenter : Asarim.
Je lui offre un large sourire pour ne pas l'inquiéter et le rejoins près du feu. Asarim s'excuse alors pour son comportement plus tôt au barrage. Je lui fais un signe de la tête pour lui faire comprendre que je ne suis aucunement offusqué, au contraire, je m'étais inquiété pour lui – et j'avais bien fait ! 

Il ramasse un instrument – sûrement un bien que les monstres avaient dû lui voler après sa chute – et le vérifie, puis il me regarde à nouveau, et déclare être heureux de faire ma connaissance. Il félicite mes dons au combats – ce qui me fait sourire – et aimerait pouvoir m'aider à son tour.
Je lui souris et lui réponds alors.

« Enchanté, Asarim ! Je suis très heureux de faire ta connaissance également. Je suis Sidon, Prince des Zoras! »

Je fais une petite pause, et reprend.

« C'est un grand plaisir de t'avoir aidé, ne t'en fais pas, et je n'ai rien. Et ne t'en fais pas pour plus tôt non plus, c'est normal que tu aies été déboussolé après ce qu'il t'étais arrivé, je comprends totalement ! »

Je luis souris une nouvelle fois.

«  Tu ne me dois rien, c'est mon devoir de protéger mon peuple et mon domaine ! Et puis, ça m'a ait vraiment plaisir de pouvoir t'aider ! Si tu veux, je te ferais un peu visiter le domaine et je te donnerais des conseils, ça peut être dangereux par ici. Oh et, tu peux évidemment venir passer la nuit à l'auberge ! »

Je le regarde, puis regarde son instrument, les yeux remplis d'étoiles.

« Dis-moi, tu es musicien ? J'ai toujours rêvé de pouvoir jouer de la musique ! Mais nous sommes plutôt formés à être des guerriers et à tenir des armes, ici... ce qui explique pourquoi je peux me débarrasser de monstres comme ceux que l'on vient de voir ! »



_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Mar 26 Sep - 19:54

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Le guerrier zora a rangé son arme et s'est approché du feu, au milieu du campement. Il semble plutôt enthousiaste. On dirait même qu'il est satisfait de l'issue du combat et de tout ce qui s'est passé de manière générale. A vrai dire moi aussi. Je suis bien content qu'il soit venu m'aider. Ça a même grandement facilité les choses ! Peu de personnes m'aurait suivi jusqu'au sommet. Je ne connais pas beaucoup de zora mais j'admets qu'il représente bien l'image que j'avais de ce peuple.

A son tour, il me regarde avec un grand sourire, le même que celui qu'il avait au barrage. Il semblerait qu'il ne m'en veuille pas finalement.
Il se présente à son tour : Sidon, Prince du peuple Zora. Ah ! Et bien voilà quelqu'un que je ne pensais jamais rencontrer ! Je n'en reviens pas que quelqu'un avec un statut aussi élevé ait pris le temps de me venir en aide. Il est certain que ses journées en tant qu'héritier doivent être surchargés. En tout cas, quelle joie de pouvoir le rencontrer en personne ! Evidemment, je connais le prince. J'entends souvent parler de lui lorsque je suis de passage au domaine. Tout le monde parle de lui ! Il est réputé pour sa bienveillance et pour être une personne active au sein de son peuple, mais je ne l'avais encore jamais croisé.

Tout cela se confirme avec ce qu'il me répond. Il me dit qu'il ne m'en veut absolument pas pour l'attitude que j'ai eue tout à l'heure et qu'il a été ravie de m'aider. Tant mieux ! Voilà qui est rassurant. Il poursuit en me proposant de visiter le domaine lorsque l'occasion se présentera et de me donner quelques conseils sur les environs. Je lui réponds alors en hochant la tête :
- Bien sûr, ce serait avec plaisir ! Je suis déjà venu quelques fois dans la région mais je serais curieux d'en apprendre un peu plus sur le domaine et ses alentours. Je comptais de toute manière passer la nuit à l'auberge, histoire de profiter un peu de ces quelques jours de repos. Alors, pourquoi pas !

Alors, je le vois en train de regarder mon accordéon. Il semble vraiment ébahi. Il est vrai que c'est la première chose que l'on remarque lorsqu'on me voit mais au fond, ça me fait toujours plaisir d'en parler. Il me demande si je suis musicien. Il m'explique également qu'il n'est pas habitué à entendre de la musique car son peuple est beaucoup plus axé sur l'apprentissage du maniement des armes. C'est donc avec joie que je lui réponds :
- En effet, je suis musicien itinérant. Lorsque je ne suis pas auprès de ma famille au village, je voyage à travers Hyrule et je joue à qui veut m'entendre. Du coup, j'ai eu l'occasion d'aller un peu partout dans ce monde. Parfois, je joue seul en regardant le paysage, et d'autres fois, je partage mon amour pour la musique à d'autres personnes. Ma vie c'est un peu ça. Un juste équilibre entre la vie en communauté au Village Piaf et l'envie d'aventures et de nouvelles rencontres. Et la musique, c'est ce qui lie les deux.
Je pense au village que j'ai quitté il y a cinq jours. A cette heure-là, les filles sont sûrement en train de dormir. Les autres doivent sûrement être en train de discuter. Sidon continue de m'écouter avec attention alors je poursuis :
- Mais tous les Piafs ne sont pas comme moi, la plupart restent au sein de la tribu. Même si pas mal de jeunes filles apprennent tôt à chanter, peu d'entre nous joue d'un instrument. Bref, je pourrais m'éterniser longtemps sur tous ces sujets. A vrai dire, je pourrais même raconter ma vie pendant des heures !

Il me sourit toujours. Ça fait plaisir de voir quelqu'un aussi captiver par ce que je raconte. Peut-être qu'il ne connait pas vraiment notre village. Après tout, il est plutôt éloigné du Domaine Zora. Alors, je souris à nouveau.
- J'imagine que la vie d'héritier ne doit pas être de tout repos non plus ! C'est bien quelque chose qui m'est d'ailleurs totalement inconnu. J'aimerais en apprendre un peu plus sur votre peuple. Ce qui peut sembler banal pour quelqu'un peut être source d’intérêt pour d'autres.
En tout cas, si quoi que ce soit suscite votre intérêt, c'est avec joie que je vous en dirais plus ! Et puis, si vous souhaitez que je joue quelque chose, pour vous ou pour les autres zoras du Domaine, ça me fera également très plaisir ! Disons que ce sera ma manière à moi de vous remercier !


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Jeu 28 Sep - 0:08

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Alors que nous étions au coins du feu, le dénommé Asarim me répondit qu'il écouterait mes conseils avec plaisir, et qu'il était déjà venu quelques fois dans le coin, mais qu'il serait ravi d'en apprendre plus. Cela me fit sourire – j'aimais lorsque des étrangers s'intéressaient à notre domaine !
Il ajouta également qu'il avait prévu de passer la nuit à l'auberge pour profiter un peu de ses jours de repos – ce qui me rendit encore plus heureux. J'avais quelques jours pour lui apprendre tout sur le domaine, et pour lui faire visiter !

Il me confirme ensuite qu'il est bel et bien musicien – musicien itinérant, plus précisément. Il me disait qu'il voyageait lorsqu'il n'était pas avec sa famille, et qu'il avait ainsi la possibilité d'aller un peu de partout. Il me dit que, de temps en temps, il faisait partager son amour de la musique aux autres. Et sa vie était résumée à ça – sa vie dans son village et ses aventures, reliées par la musique.

Il ajouta ensuite que tous les Piafs n'étaient pas ainsi, que la plupart restaient au village. Il me raconta quelques anecdotes de son peuple – avant de ne pas s'éterniser dessus, bien que j'aurais aimé en savoir plus sur un peuple que je ne connais pas. Peut-être devrais-je lui poser quelques questions ? Il avait dit lui-même être capable d'en parler pendant des heures !

Il parla ensuite de mon titre d'héritier, déclarant que ça ne devait pas être de tout repos. En effet, il y avait toujours des papiers qu'il fallait trier, ou dont il fallait s'occuper....Ce n'était pas simple, mais au moins ça occupait mes journées, et me permettait d'oublier mes rêves d'aventures.
L'homme-oiseau me confia qu'il aimerait en savoir plus sur notre peuple, qui lui était complètement inconnu – même les choses les plus banales, qui selon lui pouvaient ne pas être évidentes pour certains.
Il me dit de ne pas me gêner si je voulais lui demander quelque chose, si un point m'intéressait, et qu'il pouvait jouer un morceau – pour moi, ou le domaine. J'affichais alors un grand sourire – ce serait une excellente manière de remonter un peu le moral du domaine, et de l'animer ! Le peuple serait un peu plus joyeux avec un peu de musique !
Je regarde alors mon interlocuteur.

« Je serais ravi d'en apprendre plus sur votre peuple – et ravi d'entendre un de vos morceaux ! Je pense que ça égaiera un peu le peuple, ça fera une petite animation. Le peuple en serait plus heureux, et vous remercierait ! »

Je souris grandement, accompagnant mes phrases de gestes avec mes bras.

« Je vous dirais tout sur notre domaine pendant votre séjour ici ! Et tout à savoir sur le peuple, aussi. Si vous avez des questions précises, n'hésitez pas! »

Je pose ensuite mon regard sur l'horizon, pensif. Mes yeux se perdent dans la nuit étoilée, oubliant presque le monde qui m'entoure.

« J'ai toujours voulu voyager, mais je ne peux pas vraiment. Je dois parfois partir pour des voyages diplomatiques, mais je ne vais jamais bien loin. J'aimerais tant pouvoir arpenter Hyrule ! »

Je regarde Asarim à nouveau, le sourire aux lèvres.

« Pourriez-vous me conter comment sont les autres terres ? »

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Sam 30 Sep - 17:33

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Le prince semble totalement captivé par mon propos. Il a toujours ce même sourire enfantin qui témoigne de son attention. Alors, il me répond qu'il serait ravi que je joue pour les Zoras du Domaine afin de les distraire et d'égayer leur journée. Cependant, la manière dont il me l'a dit me laisse penser que l'ambiance du Domaine est plutôt maussade en ce moment. Un événement tragique pour son peuple aurait-il eu lieu récemment ? Je ne vais peut-être pas lui demander tout de suite. Il semble si heureux de discuter. Je ne voudrais surtout pas lui rappeler de mauvais souvenirs. Alors, il poursuit en m'indiquant qu'il me présentera les environs dans les prochains jours.

Mais soudain, je ressens chez lui une vague de nostalgie qui lui fait lever les yeux vers l'horizon. Il m'explique avec mélancolie qu'il n'avait pas vraiment l'occasion de voyager à cause de son rôle de prince. C'est pourtant quelque chose qu'il aimerait vraiment faire. On dirait même que c'est comme un rêve pour lui.
C'est alors qu'il me demande avec plein d'énergie si je peux lui raconter comment sont les autres contrées d'Hyrule. Après quelques instants de réflexion, je lui réponds avec tout autant d'assurance :
- Evidemment ! Je risque de répéter des choses que vous savez peut-être déjà mais dans le doute, je vais tout expliquer. Suivez-moi !
J'imagine qu'il ne devait pas s'attendre à ce "Suivez-moi". Mais, je me dirige tout de même vers l'extrémité de la Pointe-du-Risque-Tout.
- Il n'est pas simple de pouvoir imaginer quelque chose que l'on ne voit pas. Alors, pourquoi ne pas utiliser ce point de vue pour illustrer mon propos ? Nous avons en face de nous un véritable tableau nocturne d'Hyrule, si je puis dire. Autant en profiter !

Je prends un ton pédagogique et je commence à lui décrire les environs. Je pointe l'aile en direction du Sud, vers la gauche et poursuit :
- Derrière les montagnes de Lanelle se trouve la région de Necluda. C'est une région très paisible. On y trouve principalement deux villages dont vous avez sûrement déjà entendu parler : le village Cocorico et le village d'Elimith. Le premier est le village du peuple Sheikah, par là-bas, vers le mont séparé en deux. Il y a très longtemps, c'est eux qui ont inventé les créatures divines et créé les centaines de gardiens qui se baladent partout. Un peu plus à l'est, il y a Elimith. C'est un village de fermiers qui vit lui aussi dans la prospérité. C'est vraiment un endroit qui inspire le calme et la tranquillité et il y a aussi quelques points de vue très plaisant qui mène sur la mer. Bref, parfait pour se reposer quelques temps.  
Je regarde le prince zora qui m'écoute avec attention.
- Cependant, si c'est la mer qui vous intéresse, je vous conseille plutôt la région de Firone, derrière Necluda. On y trouve une grande forêt luxuriante qui la traverse mais surtout le village d'Ecaraille, un village de bord de mer qui vit de la pêche. C'est pour moi le meilleur endroit pour observer la mer. Il y a une pointe un peu comme celle où nous sommes où l'on peut voir la mer à perte de vue. A Firone, on trouve aussi le grand lac Hylia et son grand aqueduc. C'est aussi un endroit très sympa à voir.
Je relève la tête et continue mon tour d'horizon.
- Un peu plus au Sud-Est, on trouve les Contrées Gérudos. Là encore, elles sont cachées derrière les montagnes, vous voyez ? Et bien juste derrière, il y a un gigantesque désert. De jour, il est sec et aride et de nuit, il est glacial. C'est une véritable épreuve de rester là-bas. J'avoue que c'est un endroit où je suis rarement allé mais je sais qu'il existe une cité au cœur du désert peuplée uniquement de femmes : la Cité Gerudo. Les gérudos sont tournées vers le commerce et la défense militaire. Cependant, la cité est interdite aux hommes, principalement aux hyliens. Mais je ne sais pas si les autres peuples sont autorisés à y entrer. A vrai dire, je n'en ai aucune idée.

J’interromps subitement ma description pour repartir du nord de la pointe, au niveau de la Montagne de la Mort.
- De ce côté, vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a la Montagne de la Mort. On ne voit qu'elle d'ici ! La région d'Ordinn est la deuxième contrée que j'ai très peu visité. Il est très dur pour nous les Piafs de nous rendre là-bas à cause de la chaleur extrême qui émane du volcan car nos plumes nous servent à résister au froid et donc, nous tiennent bien chaud. Il existe bien des remèdes et des armures de pierre permettant ainsi d'éviter de brûler vif mais de toute manière mon accordéon risquerait de ne pas supporter la chaleur. A moins qu'ils aient inventé un nouveau dispositif depuis ma dernière visite... Bref ! Tout ce que je sais, c'est qu'au milieu des coulées de laves vit le peuple des gorons, de grands êtres de pierre connus pour être très sociable. On en croise souvent qui voyage, je suis sûr que vous en avez déjà vu.
Juste à côté d'Ordinn, il y a la région d'Akkala qui est connu pour ses falaises escarpées et ses paysages magnifiques. Un autre endroit qui vaut le détour ! On y trouve un petit village du nom d'Euzero dont l’atmosphère ressemble à celle d'Elimith. C'est un village vraiment très intéressant car il y réunit tous les peuples d'Hyrule. Un véritable havre de paix multiculturel !

Je m'arrête quelques instants. Je me retourne vers Sidon et le regarde en souriant comme il le fait jusqu'à présent.
- Au centre, il y a les grandes plaines du pays. C'est là où il y a la citadelle d'Hyrule et le château royal. C'est très vivant et commerçant par là-bas. On trouve tout dans cette ville ! Mais il y a pas mal de monde, il ne faut pas avoir peur de la foule ! Ah ! Et il faut aussi que je vous parle des relais. Ce sont des sortes de petites auberges que l'on trouve partout dans le royaume. Les relais sont des endroits conviviaux où les voyageurs peuvent se reposer avant de poursuivre leurs aventures. Ce sont vraiment des lieux que j'affectionne tout particulièrement. Les gérants sont souvent très chaleureux et on peut y faire un tas de rencontres. Par exemple, mon relais préféré est celui du Grand Pont de Tabanta, de l'autre côté de la plaine d'Hyrule. A force de m'arrêter dans ce relais et d'y jouer pour les passants, Baher, le propriétaire ne veut plus me faire payer les nuits au relais car selon lui, ma musique attire les voyageurs qui du coup s'arrêtent pour la nuit. Alors maintenant, nous sommes devenus très bons amis et à chacun de mes voyages je m'arrête lui rendre visite. Tous les soirs, il réunit tous les voyageurs du relais et il nous prépare un superbe repas avec ce que chacun peut donner à manger. Evidemment, tous les relais ne sont pas comme ça mais c'est globalement cet esprit que l'on retrouve dans chacun d'entre eux. C'est pour ça que ce sont les endroits que je préfère dans tout Hyrule.
Je pense avoir fait le tour des contrées de ce monde. Il ne me reste plus qu'à parler de ce que je connais le mieux. Le prince Sidon semble toujours aussi attentif malgré le fait que je parle énormément. Je lève l'aile droit en direction de l'Ouest :
- Enfin, tout à l'Ouest, à l'extrême opposé de là où nous sommes, il y a la région d'Hébra, une immense montagne où le froid règne. Vous voyez Vah'Medoh là-bas ? Il s'agit de la créature divine gardienne de notre peuple. Et bien juste en dessous, il y a mon village : le Village Piaf. Il se trouve au pied d'Hébra, tout autour d'un grand rocher. Notre peuple est connu pour être spécialisé dans l'archerie et pour savoir voler évidemment. Je n'ai malheureusement pas la chance de pouvoir représenter ces deux qualités : je ne sais pas me battre et j'ai d'énormes difficultés à voler...
Bref ! L'organisation de notre communauté est très différente de la vôtre. Nous avons un chef mais il est plus un représentant qu'un dirigeant. Chacun sert au village en fonction ces compétences et demande de l'aide à un autre Piaf si besoin. Par exemple, moi on me demande souvent de l'aide pour des réparations quelconques ou pour animer certains événements mais d'autres sont plus aptes à aider en confectionnant des vêtements, en péchant ou en éduquant les jeunes Piafs. En quelque sorte, tout le monde s’entraide et il n'y a pas de hiérarchie particulière. Et puis, c'est un lieu très calme, certes un peu isolé mais je n'abandonnerais pour rien au monde mon village. J'y suis né, j'y ait grandi et j'y ait fondé une famille. Donc, forcément, j'y passe la plupart de mon temps.

Un vent de nostalgie me prend à mon tour. Je repense à tout ce que j'ai vécu là bas, à mon enfance, à mon maître. Je repense à tous ceux qui m'ont soutenu dans le besoin, à ma famille, à ce lieu qui m'a forgé... Hum, pour rien au monde je ne pourrais oublier ce village.

Je relève la tête. Sidon m'écoute toujours, les yeux scrutés sur l'horizon. Il semble oublier ce qu'il l'entoure. Je fais de même pour profiter une nouvelle fois de la vue. Alors, je conclus cette description d'hyrule :
- Cependant, j'aurais beau raconter ce que j'ai vécu pendant des heures, on ne peut pas réellement se rendre compte de l’atmosphère d'un lieu sans le vivre pour de vrai. Les odeurs, les sons et les émotions sont des choses qu'on ne peut pas décrire avec des mots. Il faut voyager et ressentir les choses par soi-même. Sinon, on ne fait que rêver en se disant : "C'est sûrement comme ça...".
Je fais une courte pause, je présume qu'il réfléchit à tout ça. Quel dommage que son statut l’empêche de vivre toutes ces aventures. Il y a tant de choses à découvrir dans ce monde. Alors, je ne sais pourquoi, je finis par sortir une phrase que quelqu'un m'a souvent répété...
- Heureusement, les rêves sont faits pour être réalisés...
Le silence s'installe une nouvelle fois dans la nuit. On entend simplement le vent souffler, le même vent que celui qui soufflait avant que je tombe de la falaise. Sauf que cette fois, je ne suis pas seul à profiter de cet instant. Il y a quelqu'un à côté de moi, quelqu'un que je n'aurais sûrement jamais rencontré s'il n'y avait pas eu cette chute imprévisible.


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Dim 1 Oct - 23:39

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Le Piaf avait accepté avec joie de me parler de ses voyages, et de me présenter le monde extérieur. Ce n'était pas la première fois que je demandais à un voyageur de me conter ses voyages, mais j'adorais écouter les récits, et imaginer les aventures des contrées lointaines – et imaginer qu'un jour, je pourrais y être, moi aussi. Mais nous, peuple Zora, n'étions pas fait pour voyager – nos jambes ne nous permettaient pas de courir ou de marcher longtemps. Alors, à moins qu'une rivière suive une route dans des contrées, il serait difficile de voyager.

Asarim me tira jusqu'au sommet de la pointe Risque-Tout – d'où on pouvait voir une bonne partie d'Hyrule sous la nuit. Il déclara qu'il serait plus facile de me parler des contrées avec un visuel. Je souris et acquiesçais – il avait raison. C'est peut-être une des raisons pour lesquelles j'aimais bien me rendre à cette pointe, car je pouvais y voir presque tout le royaume, et cela aidait mes songes d'aventures.

Il me présenta d'abord ce qu'il y avait au-delà des montagnes de Lanelle : La région Necluda, comportant les villages de Cocorico et d'Elimith – dont je connaissais déjà le nom. Mais je n'avais jamais vraiment eu la chance de pouvoir m'y aventurer.
Il me parla ensuite de la région de Firone, plus proche de la mer, où se trouvait le village d'Ecaraille – que j'avais déjà visité, et où une pointe semblable à celle où l'on se trouvait permettait d'observer la mer. Il y avait également une grande forêt – la célèbre forêt de Firone, avec le lac Hylia – qui ; il me semble, était un lieu où vivaient nos ancêtres.

Il se dirigea ensuite vers le sud-est, me parlant des contrées arides du désert Gerudo – qui devenait glacial la nuit. Le climat serait vraiment insupportable, mais cela ne faisait que m'attirer encore plus. En son sein existerait une cité uniquement peuplé de femmes – la cité Gerudo – et où la présence masculine serait abhorrée.

Il se tourna ensuite vers l'immense montagne que l'on pouvait voir, et me parla de la montagne de la mort, où les températures étaient extrêmement élevées, et où il était difficile de rester. Il me parla également de la région d'Akkala – se trouvant juste à côté – qui aurait de magnifiques paysages, et où vivrait un petit village nommé Euzero, dont l'ambiance serait plutôt agréable.
Puis, il me parla des plaines centrales, là où était le château d'Hyrule. J'avais dû m'y rendre une fois ou deux, et j'avais beaucoup aimé l'ambiance – et le château était vraiment magnifique !

Le Piaf énonça également l'ambiance chaleureuse des relais que l'on pouvait trouver dans chaque région, avant de me parler de sa propre région : La région d'Hébra , peuplée de montagnes où le froid est roi. Il me parla de son village – dressé sur une immense roche – et des spécialités de son peuple, ainsi que de sa communauté. Je l'écoutais, mon regard perdu sur l'horizon, imaginant chaque chose dont il parlait. Je le sentais sombrer dans la nostalgie, lui aussi. Et il ajouta que l'on ne pouvait pas se rendre compte de l'atmosphère d'un lieu sans l'avoir vraiment visité. Je soupirais ; il avait raison – je ne faisais qu'imaginer ce à quoi cela pourrait ressembler, mais je ne pouvais pas être aussi satisfait que si j'avais véritablement voyagé.

Et puis, après une courte pause, il ajouta que les rêves étaient fait pour être réalisés. Je me tournais alors lentement vers lui, alors que la nostalgie semblait s'emparer de lui, et me risque à poser la question.

« Avez-vous un rêve, Asarim ? »

Je soupire légèrement, puis souris en replongeant mon regard sur l'horizon.

« Que dis-je, nous avons tous des rêves... Certains Zoras rêvent d'attirer mon attention, d'autres rêvent de devenir des combattants hors pair. J'imagine que certains rêvent de pouvoir se lier d'amitié avec d'autres peuples, et en découvrir plus sur Hyrle – et peut-être que certains ont comme moi ce désir d'aventures. Mais malheureusement, la nature n'est pas faite pour autant. Je ne pense pas résister aux climats d'Ordinn ou du Désert Gerudo, et j'ai entendu dire que certaines parties de Firones étaient riches en orages, et je ne sais pas ce que je peux endurer... »

Je fis une légère pause, avant de regarder la lune.


« Et puis, nous Zora n'avons pas la possibilité de vagabonder autant que les autres – la terre n'étant pas notre élément naturel. »

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Mar 3 Oct - 19:53

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Je contemple le ciel avec le Prince Zora. La lune est déjà bien haute. Que le temps passe vite quand on raconte sa vie ! Je n'arrive plus à m'arrêter !

Sidon finit par sortir de ses pensées et me demande de manière plutôt direct si moi aussi j'ai un rêve. Il se reprend en disant qu'évidemment tout le monde à un rêve. Quand on y pense, ce n'est pas faux. Tout le monde a déjà eu un rêve, qu'il soit réalisé ou non. Il regarde à nouveau l'horizon, alors je lui réponds en souriant :
- Evidemment, moi aussi je rêve. Je dirais même que j'ai des rêves plein la tête ! La plupart d'entre eux, les plus importants pour moi, j'ai déjà fait en sorte qu'il se réalise : je suis devenu musicien et j'ai pu transmettre la mémoire de mon maître, j'ai voyagé aux quatre coins d'Hyrule, et je suis devenu père. Ce sont des choses qui m'ont toujours tenu à cœur et j'ai toujours fait le maximum pour chacun d'entre eux.
Quand on y pense, ça n'a pas toujours été facile mais finalement j'y suis parvenu. Je regarde en l'air, et réfléchit à voix haute :
- Mais heureusement, il y a toujours de nouveaux projets qui font surface. Par exemple, récemment, je me suis fait la promesse de réaliser le rêve de mes filles. Comme vous, elles rêvent de vivre des aventures à l'extérieur du village. Elles veulent explorer le monde avec moi. En fait, réaliser les rêves des autres, c'est aussi un moyen de s'épanouir.
Je me remets à penser aux filles. C'est que, à la base, j'ai quitté Hébra pour pouvoir me préparer aux voyages que je ferais avec elles. Je n'ai pas vraiment encore commencé à chercher quelqu'un qui m'apprendrait à me battre... Hum... J'ai encore du temps devant moi ! Tout viens à point qui sait attendre, comme on dit !

Malgré tout ce que je lui ai raconté, le Prince Sidon semble toujours aussi mélancolique. Il m'explique que son rêve à lui est quasi inaccessible. Il "ne pense pas" être capable de résister aux différents climats, il "ne sait pas" s'il pourra y arriver... Mais pourquoi est-il si défaitiste ? Il poursuit en me disant que les zoras ne sont pas vraiment aptes à voyager à cause du fait qu'ils ne sont pas naturellement fait pour marcher. On dirait vraiment qu'il se sous-estime, c'est comme si'l n'avait pas confiance en lui.

Le pauvre... ça m'embête de le voir comme ça. Je me retourne pour lui faire face. Je le regarde dans les yeux pour tenter de le rassurer :
- Vous savez, les Piafs ne sont pas non plus fait pour rencontrer les climats d'Ordinn ou ceux du désert. Pourtant, ça ne m'a pas empêché d'y vagabonder. Et puis, l'aventure c'est aussi s'envoler vers l'inconnu. On s'adapte, on s'endurcit et on apprend à se débrouiller, à être loin de son confort. C'est ça l'aventure et c'est ça qui la rend si excitante ! On ne sait jamais sur quoi on va tomber. Regardez ! Je suis tombé de cette pointe, c'était vraiment angoissant. Et pourtant, je vous ai rencontré et nous avons pu faire connaissance ! Vous voyez ?
Je ne sais pas si je suis très convaincant mais c'est vraiment dommage qu'il baisse les bras aussi vite. Je continue alors pour essayer de le remotiver :
- Les Piafs ne sont pas n'ont plus prédestiner à marcher sur de longues distances. Regardez mes pattes... Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour se déplacer. Mais comparé aux zoras, nous avons la possibilité de voler, un sacré avantage pour entreprendre de grands voyages. Cependant, je n'ai pas la chance d'avoir cette compétence. Plus jeune, bien avant mon tout premier voyage, je me suis brisé l'aile si gravement que j'en ai encore des séquelles. Maintenant, j'ai du mal à voler sur de longues distances. Lors de ma première aventure en Hyrule, lorsque j'avais 25 ans, cela n'a pas été simple du tout. Je ne pouvais pas vraiment voler et marcher n'était pas non plus dans ma nature. Cependant, j'ai persévéré et malgré les difficultés, j'ai réussi à vivre ce que j'avais toujours rêvé de faire : partir à l'aventure. Des dizaines de voyages plus tard, j'ai toujours ce même problème à l'aile et pourtant, je suis le plus voyageur de tous les Piafs de mon village !
Je ne sais pas si c'était une bonne idée de lui dire tout ça mais peut-être que ça le motivera à réaliser son rêve. Je ne sais pas... Je ne le connais que depuis quelques minutes et je lui parle déjà comme si je lui faisais une leçon sur la vie... C'est vrai que c'est plutôt maladroit. Mais bon...

Je suis tout de même heureux d'avoir pu lui dire tout ça. Je suis content qu'il m'ait écouté. C'est vraiment quelqu'un de bien : il est venu m'aider, il m'a demandé de lui raconter mes aventures. Vraiment, je suis heureux de l'avoir rencontré. C'est alors que je lui dis quelque chose que j'aurais peut-être dû lui dire avant :
- En réalité, j'ai un autre rêve. J'en parle à peu de personnes mais puisque le sujet est lancé... En fait, j'aimerais pouvoir voler comme le font les autres Piafs, longtemps, sans avoir à penser à cette blessure qui est arrivée si bêtement. C'est peut-être même plus un regret qu'un rêve et là pour le coup, on ne peut rien y faire. Je ne voulais pas vous le dire avant car je suis un Piaf et j'ai déjà la possibilité de planer dans les airs même si c'est minime... C'est bizarre de se plaindre de quelque chose que l'on a déjà en partie, non ?

Alors, je fais quelques pas en avant pendant que lui regarde l'horizon. Je me retourne et lui souris en faisant un geste vers l'avant.
- Bref, je vous propose que nous commencions à descendre. Après tout, il commence à se faire tard. Et puis, j'ai hâte d'être demain pour que vous puissiez me parler de vous et du Domaine !


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Sam 7 Oct - 2:54

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Mon regard est toujours posé sur la lune. Je penses – à tout et à rien à la fois. Je réfléchis, mon regard perdu dans cette beauté ronde argenté qui nous surplombe, nous conseille, nous réconforte – cette ronde dame qui veille sur nous à chaque instant de la nuit, et qui nous éclaire lorsque l'obscurité nous rattrape.

Le Piaf me répond : Il a, bien sûr, un rêve – même plusieurs. Je le regarde, un léger sourire aux lèvres, sachant à quel point il est agréable de rêver. Il ajoute qu'il a déjà tout fait pour que les plus important soient réalisés – il joue d'un instrument, il honore une mémoire perdue, il voyage dans tout le pays, et il a une famille. Je pose mon regard sur l'horizon – désirais-je moi aussi d'une famille? D'enfants à qui je transmettrai mon savoir, des héritiers qui monteront sur le trône et qui seront de vaillants combattants, et de bons dirigeants? Je ne savais pas encore, parfois je me perdais encore, comme si j'étais toujours à la recherche de moi-même.

Asarim continue de parler, déclarant qu'il avait toujours de nouveaux projets, qui ne lui permettaient pas de s'ennuyer, et cela comptait aussi réaliser les rêves d'autrui – ce qui, pour lui, était un autre moyen de s'épanouir. J'acquiesçais légèrement à sa déclaration – il n'avait pas tout à fait tort, j'étais toujours là pour mon peuple, et faisait tout mon possible pour réaliser leur désirs, leur rêves, et les rendre heureux.

L'homme-oiseau semble réfléchir un instant. Je le regarde, alors qu'une légère brise souffle, brisant le silence s'étant installé. J'écoute le murmure du souffle, avant qu'il ne reprenne la parole, pour cette fois-ci m'avouer que les Piafs ne sont pas non plus fait pour certains climats – comme le désert Gerudo ou Ordinn, mais que ça ne l'avait pas empêché de voyager pour autant – il déclara que c'était aussi ça, l'aventure : C'était l'inconnu, découvrir de nouvelles choses, faire face à des problèmes et se débrouiller par nous-même. Je souris lorsqu'il énonce sa chute comme exemple, alors qu'il disait qu'on ne pouvait jamais savoir ce qu'une aventure nous réservait – ni sur quoi on allait tomber.
Il fait une pause, puis continue en avouant que les Piafs ne sont pas non plus prédestinés à marcher sur une longue distance, que leurs pattes ne sont pas adaptées à la marche. Il déclare, qu'en effet, ils peuvent voler – ce qui est un net avantage pour voyager, bien que nous Zoras pouvons traverser n'importe quel point d'eau.

Mais le Piaf ajoute qu'il n'a pas eu cette chance – qu'il s'est brisé l'aile bien avant de commencer à vagabonder, et que voler est devenu difficile pour lui. Lors de son premier voyage, cela avait donc été un désavantage, mais il n'avait pas abandonné pour autant – bien que ni la marche, ni le vol ne soient facile pour lui. Et maintenant, il était le plus voyageur de son peuple, même avec ces désavantages.
Je souris, cet homme était vraiment tenace et déterminé, ambitieux. Il ne lâchait pas ses rêves.

Il fait à nouveau une pause avant de reprendre la parole d'un ton plus calme – plus doux, comme s'il confiait ses plus profonds ressenti. Il m'avoua que l'un de ses plus grands rêves étaient de pouvoir se remettre à voler sur de longues distances, comme les autres de son peuple, faisant fi de sa blessure. Je le comprenais, une fois que l'on goûtait à quelque chose d'aussi exceptionnel, il était difficile de s'y résigner. Si je devais aujourd'hui abandonner la nage, je ne sais pas ce que je deviendrais.

Il avança alors, avant de me regarder avec un grand sourire – me proposant de commencer à descendre, la lune étant déjà haute – tout en ajoutant être impatient d'être le lendemain pour en savoir plus sur le domaine, et sur moi-même.
Je lui souris en retour. J'avais été en proie au doute, à la nostalgie, et à des idées noires pendant un instant. Mais l'homme-oiseau avait rapidement réussi à me remettre dans mon état normal. J'émets alors un léger rire de bon cœur.

« Merci beaucoup pour votre aide, Asarim! Et ne vous en faites pas, je vous comprends totalement, et il est tout à fait naturel de vous plaindre de quelque chose que vous avez perdu – il est compréhensible que cela vous manque de véritablement voler. En tout cas, je ne vous en veux pas! »

Je souris à pleines dents, avant de regarder la lune.

« Vous avez raison, je ne dois pas lâcher l'affaire. J'ai de temps en temps des voyages diplomatiques, c'est déjà pas mal pour découvrir Hyrule, et il faudra bien que j'en fasses le tour si je veux que notre domaine puisse faire des échanges commerciaux – et aussi m'assurer de comment vont mes alliés. Une petite visite ne fera jamais de mal, et je pourrais explorer les environs! »

Je souris et regarde le Piaf.

« Merci beaucoup, vous m'avez vraiment aidé à me remettre sur pieds. Et puis, je suis heureux de pouvoir aider mon peuple à réaliser ses rêves et à le rendre heureux – tout comme vous allez faire avec vos filles. Je vais continuer à construire de nouveaux projets et à les mener à bien, et je me battrais pour pouvoir voyager tout comme vous l'avez fait. Les Piafs ont l'avantage de voler, mais nager peut tout aussi bien être d'une grande aide! »

Je garde le sourire, puis fait une légère pause, regardant l'horizon. Finalement, je me tourne à nouveau vers l'homme.

« Je peux peut-être déjà faire quelque chose pour vous. Ça ne sera pas énorme – et ça ne durera pas longtemps, mais vous retrouverez peut-être la même sensation... »

Je m'incline alors pour qu'il puisse se retrouver à ma taille.

« Que diriez vous de descendre de la pointe sur mon dos, alors que je plonge, pour ensuite vous ramener sur la berge? Vous aurez une brève sensation de voler – et l'on dit qu'il est agréable d'être sur notre dos lorsque nous nageons, c'est une expérience assez exceptionnelle. Alors? »

Je regarde l'homme-oiseau, attendant sa réponse avec un sourire.
[/color]

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Dim 8 Oct - 11:21

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Sidon semble toujours aussi pensif. Il se retourne une nouvelle fois et me regarde. Il me remercie pour l'avoir aidé à se changer les idées. J'ai l'impression qu'il a retrouvé confiance en lui ! Voilà qui fait plaisir ! Il m'explique également que c'est normal que le vol soit quelque chose qui me manque et qu'il n'y a pas à s'en vouloir de se plaindre. Je ne sais pas quoi en penser. Je trouve ça tout de même maladroit. Mais bon, s'il le dit...

Son regard se remet à alterner entre fixer la lune, l'horizon et moi-même. Le prince poursuit en disant qu'il finira bien par voyager à un moment ou à un autre grâce aux échanges diplomatiques qu'il devra faire avec ses alliés. Il en profitera pour découvrir le monde. Je suis content qu'il voie les choses sous cet angle à présent. Après tout, peut-être qu'un jour, je le croiserai au village et je pourrais à mon tour lui rendre service; voire même lui faire visiter les environs !

Il termine en disant que lui aussi aimait rendre service. Il apprécie aider son peuple et le rendre heureux. Ça semble vraiment lui tenir à cœur. J'imagine que servir autant de personne à la fois ne doit vraiment pas être simple. Mais je suppose qu'avec de la motivation et de la détermination, on peut faire de grandes choses. J'espère pouvoir faire de même pour les filles parce que, avec elles, il va en falloir de la détermination vu ce qu'elles veulent vivre ! Et ça aussi, ça ne sera pas de tout repos !

Alors que j'allais commencé à descendre, il me propose quelque chose qui ne me serait jamais venu à l'esprit : plonger avec lui depuis le haut de la falaise, puis me ramener à la nage avec moi sur son dos ! Je n'aurais jamais cru que le Prince du peuple des zoras me propose ça ! A vrai dire, cela semble plutôt excitant.
- Et bien si vous dites que c'est quelque chose d'exceptionnel, pourquoi pas, puisque vous le proposez ! J'aurais sûrement dit non si je n'étais pas tombé d'ici tout à l'heure, par peur. Mais bon maintenant, c'est sûr que c'est une autre histoire. Et puis, redescendre jusqu'en bas à pied allait mettre un certain temps. J'ai tellement marché - et couru - aujourd'hui que je commence à fatiguer !
Il a son habituel sourire et semble content de ma réponse. Je m'approche de lui, avec tout de même un peu d'anxiété, mais j'ai confiance en lui ! Et puis, je sais ce que ça fait vu ce qui m'est arrivé tout à l'heure !

Mais soudain, je m'arrête brusquement. Mince, il y a un problème. Je fais un mouvement de la tête et regarde mon accordéon à ma ceinture. Je lève les yeux vers Sidon et explique :
- Maintenant que j'y pense, cela risque d'être compliqué... J'ai mon instrument sur moi et il risque de ne pas apprécier la baignade. Il peut resister à un peu de pluie mais pas à une immersion totale. C'est vraiment dommage... J'aurais vraiment aimé plonger avec vous. Nous pouvons peut-être le reporter à une prochaine fois ? Je ne crains que nous n'ayons pas d'autre solution, à part si nous trouvons un moyen de le descendre. Malheureusement, je n'en vois aucun...
Je suis un peu déçu. J'ai la chance d'avoir quelqu'un qui propose quelque chose d'aussi incroyable. Et qui plus est Prince des Zoras ! Et pourtant, ce n'est pas possible. J'espère que lui aussi n'est pas trop déçu. Il était si souriant à l'idée de me donner la sensation de voler. Je suppose qu'il va falloir patienter jusqu'à demain...


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Dim 22 Oct - 5:05

Asarim & Sidon (Libre)
Are you alright?

Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences!
Je regarde le Piaf, ayant toujours un genou au sol, attendant sa réponse. Un mince sourire est dessiné sur mon visage - j'imagine que même pour quelques secondes, la sensation pourrait être plaisante pour lui. Cette courte sensation de voler, d'avoir le vent contre le visage, contre tout son corps - d'avoir le vent qui caresse notre peau. Moi-même, j'adorais cette sensation lorsque je plongeais.

Le Piaf semble ravi - si c'est si exceptionnel qu'on le raconte. Probablement aurait-il refusé s'il n'était pas tombé plus tôt, par peur du vide. Mais il savait maintenant que, aussi grande soit la chute, il s'en sortirait sauf. Il ajoutait que redescendre à pieds mettrait du temps, et que la marche l'avait déjà fatigué. J'acquiesçais, compréhensif. Le pauvre avait besoin de se reposer, après toutes les émotions de la journée!

Il s'était donc approché de moi - avec une certaine appréhension, mais semblait tout de même excité par la proposition. Cependant, il s'arrêta tout de même soudainement, me faisant un mouvement négatif de la tête. Je le regarde, penchant la tête sur le côté - tout en me redressant. L'homme oiseau regarde son instrument, avant de reposer son attention sur moi. Il m'explique que son instrument ne risque de ne pas apprécier l'eau, et semble déçu de ne pas pouvoir faire ce que je lui ai promis. Je me mords les lèvres - suis-je bête! J'aurais dû penser à l'instrument! Et maintenant, voilà que je l'ai déçu - et qu'il semble même triste. Quel piètre héritier je fais... Moi qui voulait le faire aller mieux, je n'ai fait que le contraire. Je suis vraiment pitoyable!

Et maintenant que j'y réfléchis, je ne vois pas non plus un seul moyen de pouvoir descendre - et laisser l'instrument sans surveillance serait bien trop risqué après ce que nous avons vécu. Je pourrais toujours descendre au village, poser l'instrument à côté de son lit d'auberge, et remonter, mais cela serait long - et peut-être ne veut-il pas sen séparer. Je me frotte le menton - réfléchissant. Mais je ne vois rien que je puisse faire...

« Je pourrais toujours descendre puis remonter, mais comme vous l'avez dit, il est déjà tard... », Je réfléchis encore, puis soupire.

« On dirait que nous allons devoir reporter, en effet... A moins que des sauts ne vous suffisent? À défaut de plonger, je saute souvent d'endroits un peu en hauteur pour retomber au sol. Cela sera déjà plus rapide - mais c'est comme vous désirez.»

Je souris au Piaf. Je me sens idiot de lui avoir proposé quelque chose qu'au final, je ne peux pas lui donner sur l'instant. Mais nous pourrions toujours réessayer le lendemain, au moins, tout sera prêt!

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Asarim Kass
ménestrel
avatar

Crédits : SubaruSumeragi
Messages : 36

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]   Mer 25 Oct - 12:43

Asarim Kass Ft. Sidon Rutoria [Libre]Alentours du Domaine Zora
CE N'EST PAS TANT LA CHUTE QUI IMPORTE,
MAIS PLUTÔT SES CONSÉQUENCES

Le prince semble plutôt embarrassé. Ma foi ce n'est pas grave. Il faut qu'il se reprenne. Il essaye quand même de me proposer des alternatives à cela. Par exemple, il dit qu'il pourrait descendre avec mon instrument et remonter juste après. Il dit aussi qu'il pourrait effectuer une version raccourcie en sautant sur le sol depuis les hauteurs. Il essaye de bien faire, c'est sûr ! Alors, je le regarde -en souriant comme toujours- et lui dis :
- Ecoutez, rien ne sert de se précipiter. Nous ferons ça tranquillement demain. Je reste ici quelques jours et puis, vous allez me faire visiter les environs. Nous aurons sûrement la possibilité de le faire, plus tard. Nous avons le temps de bien faire alors pourquoi se prendre la tête ?
Machinalement, je prends mon accordéon pour ouvrir et fermer le soufflet. C'est une sorte de tic que j'ai de temps en temps. Je poursuis tout de même en tentant de le rassurer :
- Et puis pour mon instrument, ce n'est pas grave. Vous ne pouviez pas deviner. C'est le genre de chose dont on ne se rend pas compte quand on n'en a pas.

Humm... Cette journée m'a exténué. j'ai pas mal marché et il reste une dernière descente. Je pointe de l'aile le chemin qui rejoint le domaine et continue :
- Bref, nous ferions mieux de commencer à descendre. Je suppose que vous devez être un peu fatigué, tout comme moi. J'ai beaucoup marché pour pouvoir arriver jusqu'ici avant la nuit et j'avoue que la simple idée de voir un bon lit me fais assez envie, pas vous ?

Demain, ce sera une grosse journée. Je jouerai pour les Zoras et pour Sidon. Celui-ci me présentera les environs et me racontera tout ce qu'il y a à savoir sur les Zoras. Apparemment, il me fera même plonger du haut de la falaise. Excitant ! Il faudra aussi que je cherche cette personne qui m'apprendra à me battre. Hum... Je pourrais demander au prince s'il connait quelqu'un qui correspond à ma recherche...

Ah... je lui demanderai demain.

Je me dirige en direction du chemin. Je me demande bien de quoi on va parler. A vrai dire, je ne sais pas vraiment. Puisqu'il va me parler du domaine demain, je préfère garder mes questions pour le moment venu. Maintenant que j'y pense, j'ai un peu pris le monopole de la parole depuis tout à l'heure. Assez parlé de moi ! Alors que j'invite Sidon à me suivre, je lui demande :
- Sinon, à part cela, j'ai beaucoup parlé depuis que nous nous sommes rencontrés. Parlez-moi un peu de vous ! Je serais curieux d'en apprendre plus sur l'héritier du peuple Zora !

Je me rends compte alors que je suis toujours en train de bidouiller mon accordéon. Ça doit être bizarre de me voir faire ça. Mais bon, j'aime bien marcher en le tenant, ça m'occupe les mains, et puis au moins, je suis sûr de ne pas l'endommager.


_________________

"The hero, the princess - hand in hand -
Must bring light back to this land"
Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est pas tant la chute qui importe, mais plutôt ses conséquences [Ft. Sidon Rutoria - Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La chute d'arthas (spoil)
» la chute de Medusa V
» [NIE] Silver Chute Spider
» Chute considérable : sacrifice ...
» La chute de Moscou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Chronicles :: Monde d'Hyrule :: Lanelle :: Domaine Zora-
Sauter vers: