AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]   Mer 19 Juil - 1:45

Les bras croisés, assit à sa table, Alis contemplait froidement son interlocuteur. Ou bien appelons le plutôt son boss le temps du contrat. Ses yeux glissèrent alors sur le bois sombre devant lui et plus particulièrement sur le papier qui se trouvait innocemment placé dessus. Le travail de mercenaire, c’était pas toujours aller cueillir des champignons. Preuve en était ce qu’on lui demandait actuellement d’accomplir.
L’assassinat du Prince Sidon.
Très honnêtement, l’hylien se fichait pas mal des raisons qui poussaient son mystérieux embaucheur à vouloir tuer le frère de l’héritière des Zora. En l’état actuel de la politique d’hyrule, les contrats d’assassinats envers les sphères influentes se faisaient à tour de bras, mais c’était bien la première fois que quelqu’un osait venir lui proposer ce genre de contrat.
Après tout, ceux qui en faisaient la demande prenaient le risque de tomber sur un mercenaire loyales aux ‘gentils’. Et comme lui même n’avait encore jamais accepté ce type de contrat, c’était prendre un risque.
Ses yeux glissèrent de nouveau vers la personne qui lui proposait le contrat. Elle restait droite, tendue, cachée sous sa cape de voyage. Et les yeux froids d’Alis n’aidait pas à se sentir à l’aise. Toutefois son sourire habituel apparu de nouveau rapidement sur son visage alors qu’il glissaient ses mains derrière sa tête, basculant sa chaise en équilibre sur deux pieds.

- Très bien ! Je prend le contrat. - annonça t-il de but en blanc, ignorant le sursaut de son interlocuteur.

Ce dernier fit alors rapidement glisser un papier dans sa direction après y avoir griffonné quelques trucs. Ses yeux perçants purent alors détailler malgré l’obscurité, la délicatesse de la main et des doigts ainsi que le soin apporté aux ongles. Son sourire ne bougea pas d’un iota mais un éclat satisfait traversa ses pupilles avant de disparaître.
Il attrapa alors le papier et lu rapidement ce qui y était écrit, gardant un œil sur la personne en face de lui, constatant facilement sa nervosité. Il froissa le papier dans sa main et le rangea dans sa poche avant de se lever, rapidement imité. La femme – puisque s’en était une à n’en pas douter – le suivit à l’extérieur, ne souhaitant visiblement pas rester plus que nécessaire auprès de tous ces mercenaires. Une fois à l’extérieur, il s’approcha d’un feu et jeta le contrat et la note dedans, les regardant se consumer sous ce qu’il devinait être le choc de la voyageuse.

- Ni vous ni moi ne souhaitons que qui que ce soit ne tombe par hasard sur ça. - éclaira t-il, les flammes se reflétant dans ses yeux sauvages alors qu’il fouillait dans l’ombre de la capuche de celle qui lui faisait face - Toutefois vous saurez que ce n’est pas une bonne idée d’essayer de me doubler. Je serais sans pitié si vous ne me payait pas au bout du compte. -

La personne acquiesça rapidement, visiblement peu désireuse d’énerver le mercenaire avant de lui tendre une bourse avec un quart de la somme finale. C’était toujours pareil pour les contrats à risques. Les mercenaires ne faisaient rien sans acompte, particulièrement lorsque que leur vie ou leur liberté étaient en jeu. Alis compta rapidement le tout avant de grimper sur son cheval, celui ci l’ayant rejoint après un bref sifflement.
L’aube pointait à peine à l’horizon alors qu’il s’élançait droit vers le domaine zora…

-

Cela faisait deux longs jours qu’il voyageait. Ce n’était pas comme si le domaine était la porte à côté. Il avait laissé son cheval dans le dernier relais avant le territoire des zoras, l’endroit étant trop escarpé pour que ce soit facile de manœuvrer un cheval en combat.
Ses doigts trouvèrent une nouvelle prise et il se hissa jusqu’à la plateforme, lui permettant de se reposer un peu tout en pouvant contempler le chemin qu’il avait parcouru. Le vide était vertigineux sous ses pieds et il ne pouvait que s’imaginer finir en crêpe si l’idée saugrenue de lâcher prise venait à son corps.

- Et bien au moins ça ferai un peu de bouffe aux animaux sauvages et aux monstres du coin. - songea t-il à voix haute avec un air amusé avant de se remettre sur ses pieds.

Le ciel commençait à ce couvrir et il se retrouverait coincé ici si il n’atteignait pas le sommet avant la pluie. C’était pas que, mais les roches étaient sacrément glissante une fois trempées ! Il reprit alors son ascension rapide, démontrant une certaine habitude à cela. Il atteignit le sommet de son escalade alors que la pluie commençait à tomber et il passa une main distraite dans ses cheveux, laissant la pluie imprégner ses vêtements sans que cela ne semble le déranger. Ses yeux luisaient sous la faible luminosité orageuse qui laissait passer les nuages grondants. Bah tiens. La pluie ne suffisait pas, l’orage s’ajoutait au lot.

Alis n’était pas un assassin. Enfin, pas dans le sens où le commun des mortels l’entend. Ce n’était pas profession en fait. Seul ses capacités le faisait basculer dans l’assassinat plutôt que dans le meurtre pur et simple.
Accroupi en haut de son perchoir rocheux, l’hylien enroulait autour de son cou et du bas de son visage une écharpe qui était plus là par nécessitée de dissimuler son identité que par soucis du froid. Il n’était pas très loin du domaine et à travers l’orage grondant et la pluie battante, il cherchait la haute silhouette rouge du prince. Sa couleur lui facilitait déjà la tâche car sur le bleu dominant de ce qui faisait la ville des zoras, la peau rouge du prince tranchait. Et bien il n’était pas le seul certes. Mais de cette taille là, Alis doutait d’en trouver beaucoup. Et puis sa réputation le disait… exubérant. En d’autres circonstances, lui et le mercenaire ce serait probablement entendu. Malheureusement la situation n’était pas en faveur pour faire connaissance.
S’ébrouant, le mercenaire se releva, rabattant la capuche sur sa tête et resserrant l’écharpe de manière à ce qu’elle maintienne suffisamment celle-ci  pour ne pas que le vent ne puisse la rabattre en arrière. Actuellement posté en hauteur au niveau de l’entrée du domaine, Alis commença sa marche, surveillant autant le sol instable sur lequel il marchait que les silhouettes qu’il percevait au loin. Pour le moment rien ne lui sautait réellement au visage mais il demeurait aussi attentif que possible malgré la pluie qui ne facilité pas vraiment ses recherches.

Retirant vivement son pied d’une pierre ronde qui alla rouler plus loin, il fronça les sourcils, prêt à repousser l’assassina si cela pouvait augmenter ses chances de le mener à bien. Se casser une jambe maintenant mettrait un terme au contrat. Toutefois les déesses ne semblaient pas d’accord avec ça puisqu’en relavant la tête il put apercevoir – seule – la silhouette d’un zora de grande stature. Il semblait pensif en observant l’eau du barrage et comme Alis était aussi proche qu’il était possible de l’être de là où il était – en haut de sa putain de montagne – il pouvait être assuré qu’il s’agissait bien du prince.
Plissant les yeux, il se laissa choir de son perchoir, se servant de son pouvoir pour créer des coussins d’air qui étouffèrent les quelques bruits que la pluie n’aurait pas réussi à dissimuler. Que le prince soit là pour surveiller que le barrage ne déborde pas ou juste pour réfléchir importait peu au hylien. Sa présence, seule qui plus est, était en soit une chance qu’il n’aurait pas tous les jours.

Il se saisit alors d’un kunai et s’en arma comme d’un poignard. La pluie et le vent ne lui permettaient pas de se risquer à un lancer. En plus d’avoir de grande chance d’échouer, cela foutrais à l’eau son assassinat et il serait obligé de désengager l’affrontement. Comme dit plus haut, Alis n’était pas un assassin mais en avait les capacités. Cela signifiant que, bien qu’il manie une épée, il n’était pas un soldat comme sa famille. Ce faisant, si l’épée qu’il pouvait apercevoir à la taille du prince était une indication quand à ses prédispositions pour cette arme, le mercenaire ne se faisait pas vraiment d’illusion quand à pouvoir le battre à ce petit jeu. Loin d’égaler la force des épéistes hyliens, se risquer à gagner à la régulière contre un zora était plus une blague qu’autre chose. Alors si il devait échouer dans son assassinat, Alis s’assurerait d’abord de pouvoir s’enfuir avant de se risquer à tourner le dos à pareil adversaire.

Il jeta un bref coup d’œil à l’eau qui les entouraient. Si il tombait il n’aurait alors plus aucune chance. Par prudence – ou paranoïa allez savoir – il dégaina son épée qu’il tint en parade près de son corps, kunai en avant, en attaque.
Bien que ses pas soient masqué par la pluie, il ne prit pas le risque d’être entendu et veillant toujours à ce que le zora lui tourne le dos, Alis entama sa marche dans sa direction, formant des coussins d’air sous chacun de ses pas, faisant disparaître le moindre son. Ses yeux or à vert dissimulés sous sa capuche semblaient briller alors qu’il pouvait sentir son cœur battre et envoyer son sang dans chacun de ses membres, de ses muscles. Sa respiration était contrôlée alors qu’il pouvait parfaitement constater la très haute stature du prince. Il s’arrêta à une dizaine de pas, discret comme une ombre et dissimulé sous l’orage et la pluie. De là il prit de brusques impulsions, se mettant à courir, abandonnant la discrétion pour la rapidité, et bondit, se propulsant plus haut grâce à son pouvoir, kunai brandit, visant la gorge ou l’artère.
Ce serait rapide. Toutefois on ne pouvait pas dissimuler sa soif de sang indéfiniment, et la sienne explosa autour de lui alors qu’il était à tout juste un mètre de sa cible, entamant un mouvement de son arme en un arc de cercle mortel.
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]   Jeu 20 Juil - 2:32

Alis & Sidon
Always be careful of what's around you.

Les alentours ne dissimulent pas que des monstres
La pluie battait. Le tonnerre grondait. Et pourtant, j'étais là, dehors, perché sur la montagne, à observer le barrage. C'était une immense contenue d'eau, claire et lisse, qui était en ce moment même était troublé par la tempête. L'eau avait alors perdu son calme habituel, et sa couleur avait viré à une teinte plus sombre. La pluie s'abattait sur la surface d'eau du barrage, comme si un combat s'engageait entre les deux substances. Fasciné, je regardais le spectacle, assis sur le monticule, les jambes pendant au-dessus du vide. L'eau était ce qui me définissait, l'eau faisait partie de ma vie, de ma routine, et pourtant, j'appréciais des moments comme celui-ci, où je pouvais l'observer à des états différents.

Je relevais la tête, observant le ciel noir des nuages qui  l’embaumai, observant les éclairs qui le scindait en deux, puis en trois, et cetera. L'orage tranchait le ciel, les nuages, l'orage créait des failles lumineuses dans cet épais manteau noir. Un contraste fascinant et magnifique, surtout sur la vue qu'offrait le domaine. Un sourire se dessina sur mes lèvres, alors que je regardai avec fascination la foudre s'abattre sur plusieurs endroits, et trancher les cieux. La foudre était dangereuse pour nous les Zoras, peuple de l'eau. Nous ne pouvions pas, par exemple, nous servir de flèches électrique, car notre organisme est plus concentré en eau, ce qui nous rend impossible d'en tenir une, et donc de l'utiliser. Par conséquent, la foudre pourrait être fatale pour l'un d'entre nous. Et malgré cela, j'étais toujours aussi fasciné par la foudre. Toujours aussi intrigué par cet élément. J'aimerais, comme les Hyliens, ne pas y être aussi sensible. J'aimerais, comme les Gerudos, avoir une aptitude à cet élément, et y être habitué. Mais je ne suis ni un Hylien, ni un Gerudo. Je suis un Zora. Et j'aimais être un Zora, j'aimais la personne que j'étais actuellement, j'aimais mon aptitude à la nage et à l'aisance dans l'eau, j'aimais cette habilité dans cet élément. Je ne pouvais pas être parfait de partout. Chaque race, chaque peuple d'Hyrule possède ses pour et ses contres, ses points forts et ses points faibles. La chaîne élémentaire représentait ces points.

Je soupirais, puis baissais de nouveau mon regard sur le barrage au-dessous de moi. Bien que l'eau y était agitée, je pouvais y voir quelques reflets du ciel noir et des éclairs griffant ce dernier. Je pouvais y voir la faune subissant l'agitation de l'eau. Je pouvais y voir des arbres s'y échouer, après avoir été frappés par la foudre. Pendant un instant, je cru distinguer une lumière parmi les flots, et me baissa pour y voir de plus près – ce qui était globalement inutile, car j'étais bien trop haut pour y voir quoi que ce soit. Mais au moment où je me baissais, je sentis quelque chose me heurter, puis m'entraîner dans le vide. Mes yeux s'écarquillèrent alors que je voyais l'eau déchaînée s'approcher de moi à une vitesse surprenante. Rapidement, je tentais de me mettre en position de plongée, pour mieux glisser dans l'eau à mon arrivée, et mieux en sortir.

M'étant préparé de façon un peu catastrophique, l'arrivée dans le plan d'eau me fit l'effet d'un fouet. Toutefois, ayant un organisme adapté à l'eau, je pu m'y glisser avec facilité, puis en sortir sans problème. Je regardais autour de moi, une fois la tête à la surface, alors que la tempête faisait rage. J'observais un Hylien pour qui la chute avait été plus... Violente que pour moi, allons-nous dire. En même temps, les Hylien n'ont pas un organisme adapté pour se jeter dans l'eau, peu importe la hauteur. Il était peut-être celui qui avait provoqué ma chute. Comment ? Je ne savais pas. Peut-être se baladait-il dans le coin et avait-il trébuché au moment où je m'étais baissé. Les événements se seraient enchaînés pour finir ainsi.

Je nageais vers l'Hylien et l'attrapais avant qu'il ne coule, pour le ramener sur la terre ferme rapidement. Qu'il soit allié ou ennemi, je ne pouvais pas le laisser mourir ainsi.
Je le posais donc sur la berge, alors que la pluie fouettait les environs, et me baissais sur lui, le secouant légèrement.

« Hé ! » Dis-je. « Tu vas bien ? Tu n'es pas blessé ? Je peux t'amener au domaine si quelque chose ne va pas... »


Spoiler:
 

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]   Sam 22 Juil - 1:55

Alis s’attendait à beaucoup de choses. Enfin, son esprit anticipait énormément la suite des événements en s’imposant de penser à toutes les éventualités. Mais jamais, au grand jamais, il ne se serait attendu à faire face à autant de chance. Quoiqu’y ai pu attirer l’attention du prince, ça venait tout simplement de lui sauver la vie. Le kunai de l’assassin ne rencontra que le vide alors qu’il percutait sans plus de contrôle sa cible.
Tout deux débutèrent alors une chute incontrôlée vers les eaux tumultueuses du barrage. Alis eut le temps de cligner des yeux, incrédule, avant que son cerveau n’ordonne à son corps de rengainer les deux armes qu’il avait à la main pour amortir au mieux sa chute. Toutefois sa rentrée dans l’eau fut assez violente et il se retrouva engloutit dans la noirceur de l’eau avant d’en avoir entièrement conscience. Il eut toutefois le réflexe de gagner immédiatement la surface, l’un de ses bras brassant l’eau pour le maintenir en surface malgré le poids de ses vêtements mouillés qui semblait vouloir l’entraîner vers le fond. Son autre main, elle, pressait son visage, tentative vaine de diminuer la douleur qui pulsait dans son crâne pour rétablir son équilibre qui lui faisait actuellement défaut.

Crachant l’eau qui avait élu domicile dans ses poumons, il n’eut pas réellement conscience qu’on le tirait vers la terre ferme jusqu’à ce qu’il soit hissé sur celle ci. Ainsi, il put convenablement cracher toute l’eau sans manquer de se noyer en même temps. Pouvait-on appeler ça le karma ? Probablement. La poisse, la malchance, le destin. Tout semblait être fait pour en tout cas y faire penser. Comme expliquer sinon que le prince se soit penché à l’exact moment où Alis ne pouvait plus se rétablir avant de le percuter ? Il soupira.
Il porta alors attention audit prince qui l’observait, le secouant légèrement pour attirer son attention sur lui. Inutile de chercher plus loin celui qui l’avait tiré du piège aqueux. En tout cas la sollicitude du zora lui permis de savoir que non, il ne s’était pas rendu compte de ce qu’il s’était apprêté à accomplir. Abandonnant alors l’idée de retenter un assassinat – ce serait signer son arrêt de mort – il se redressa, ignorant ses vêtements mouillés, de toutes façons avec la pluie ils ne sécheraient pas. A la place il tira son écharpe vers le bas, libérant son visage et la défit suffisamment pour pouvoir retirer sa capuche à son tour.

- Et bien… - débuta Alis en maintenant sa voix d’un ton suffisamment fort pour couvrir la pluie, le vent et l’orage - Je me suis déjà senti mieux mais on ne peut pas vraiment dire que j’aille mal si ça peut vous rassurer. - engagea avec un léger rire le mercenaire - Ce ne sera pas nécessaire de m’y emmener pour des soins donc. -

Ses yeux perçants s’attardèrent un peu trop longtemps sur l’arme que portait le prince. Réaction légitime lorsqu’on ne connaissait pas une personne et que celle ci était armé. Toutefois la gentillesse présentée par le prince autorisa Alis à se détendre quelques peu. Le temps n’était pas clément, mais loin d’être son reflet, Sidon ne tempêtait pas à tout va et il semblait assez posé.

- Je suis désolé de vous avoir percuté. - fit savoir l’hylien, un sourire oscillant entre l’excuse sincère et une moquerie bon enfant - Je ne pensais pas me faire avoir par une pierre traîtresse. - mentit-il comme si il avait fait ça toute sa vie, une autodérision évidente dans la voix.

Il détailla alors franchement le zora, le scannant d’un œil expert avant de croiser de nouveau ses yeux.

- J’espère que je ne vous ai pas blessé moi aussi. -

Il dégoulinait franchement d’eau. Alors cherchait un abri maintenant était un peu vint mais c’était plus par principe que pour réellement s’abriter qu’il se dirigea vers le kiosque qu’il apercevait à travers le rideau de pluie. Là bas il délaissa son écharpe et sa cape, histoire de respirer un peu.

- Je me présente. Je m’appelle Alis et si je ne me trompe pas vous êtes le Prince Sidon. - dit le mercenaire avec un faux air ingénu avant de rire légèrement - Difficile de ne pas savoir qui vous êtes en fait. Mais déjà que je ne m’attendais pas à croiser grand monde par un temps pareil, vous croiser vous est d’autant plus surprenant. -

Puis il sembla un instant pensif.

- Je suppose. - ajouta t-il avec un sourire léger, frottant légèrement son épaule et sa clavicule gauche où on pouvait apercevoir un hématome et quelques égratignures dépasser de sous son t-shirt.

Ce n’était pas grand-chose, rien dont il n’avait à se préoccuper dans l’immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]   Sam 22 Juil - 22:52

Alis & Sidon
Always be careful of what's around you.

Les alentours ne dissimulent pas que des monstres
L'Hylien toussa, cracha l'eau qui avait essayé de pénétrer ses poumons, avant de porter son attention sur moi. Lentement, il se défit de son écharpe et de sa capuche, ce qui me permis de voir son visage. J'en déduis que cet Hylien n'était alors pas un ennemi, et qu'il était plutôt allié. Ou peut-être était-ce un civil neutre. Dans tous les cas, il avait l'air de me faire confiance pour me révéler ainsi son visage, ce qui ne pouvait que dire qu'il n'était pas en froid avec le peuple des Zora, ou il aurait déjà probablement prit la fuite.

Il répondit à mes précédentes questions, essayant de surpasser le bruit de la pluie, en déclarant qu'il s'était déjà sentit mieux, mais qu'il n'allait pas mal non plus, et qu'il n'était pas nécessaire que je l'amène au domaine pour des soins. Un soupir de soulagement s'échappa de mes poumons. Heureusement, il n'était pas mal en point. Je me sentais un peu coupable, si je ne m'étais pas baissé au même instant, il serait tombé sur moi, et ma carrure l'aurait amortit, il n'aurait même probablement pas chuté depuis le haut de la montagne. Ah, si j'avais su, je ne me serais point penché pour une stupide raison...

Après avoir longuement observé mon arme – peut-être était-il inquiet que je l'use ? - l'Hylien s'excusa de m'avoir percuté, déclarant qu'il ne pensait pas se faire avoir ainsi. J'hochais la tête d'un mouvement compréhensif. Cela pouvait arriver, pour les personnes visitant le domaine, de ne pas faire attentions en haut des falaises. Résultats, une petite pierre innocente pouvait se révéler diabolique.

Le jeune homme m'observa, déclarant qu'il espérait ne pas m'avoir blessé. Je souris et secouais la tête en réponse, lui faisant signe de ne pas s'inquiéter pour moi. Ce n'était pas une eau déchaîner qui allait me faire couler, voyons !
L'Hylien chercha autour de lui, puis se rendit au kiosque à l'entrée du barrage pour se mettre à l'abri.  Je le suivis pour m'y abriter également, bien que je n'en avais pas spécialement le besoin. Le jeune homme déposa ses affaires, avant de se retourner vers moi une nouvelle fois, se présentant. Il s'appelait Alis. Avant que je ne puisse répondre, il dévoila mon identité – bien trop connue apparemment – et déclara qu'il était difficile de ne pas me reconnaître. Il ajouta qu'il ne s'attendait pas à me rencontrer ici – pas plus qu'il ne s'attendait à rencontrer qui que ce soit, ce qui rendait sa surprise plus grande. Je souris et rit légèrement, il était vrai que lorsque je n'avais pas de travail, j'aimais bien traîner dans le domaine, en particulier les jours de pluie.

Il se frotta l'épaule, ce qui m'interpella. J'y vit un hématome – ou peu importe le type de blessure, je su à la couleur que ce n'était rien de bon – qui était d'ailleurs plutôt imposant. L'inquiétude me repris, mais  je décidais de poser ça de côté quelques minutes, reprenant le sourire.

« Enchanté, Alis. Et tu ne te trompes pas, je suis bel et bien le Prince... J'imagine que je dois être plutôt reconnaissable, haha ! » J'émis un rire pour accompagner mes paroles.

« Tu as raison, peu de personnes traînent par ici, en particulier par un temps comme celui-ci. Mais j'apprécie la pluie et la tempête, j'apprécie l'orage, griffant le ciel, avec ses contrastes lumineux. Alors, je me disais que, depuis la falaise, j'aurais une belle vue sur tout cela ! »

Je ris une nouvelle fois, puis repris un visage sérieux doucement, m'agenouillant pour être plus à la taille de l'Hylien.

« Mais plus important, es-tu sûr que tout va bien ? Tu m'as l'air blessé » dis-je en portant une main délicate à l'épaule du jeune homme. « Ça ne me dit rien de bon, il te faudrait des soins ou du repos, peut-être juste une observation... »

Je penchais la tête, pensif. Peut-être ne voulait-il tout simplement pas venir au domaine ? Peut-être craignait-il quelque chose au sein de la place ? Une ancienne connaissance ? Je ne savais pas, mais je ne pouvais pas rester sans rien faire.

« Enfin, je peux toujours aller chercher ce qu'il te faut sinon... Mais tu devras te reposer si tu es blessé, que ce soit ici ou au domaine. De toutes façons, le temps n'est pas idéal pour prendre la route, ne penses-tu pas ? »

Je portais de nouveau mon regard sur ce qui semblait être une vilaine blessure, inquiet de ce que l'Hylien s'était infligé par ma faute d'inattention.

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]   Dim 23 Juil - 1:18

Alis put constater l’attention du prince. Mais aussi sa sympathie et sa sollicitude. Bien entendu il ne l’avait pas coupé une seule fois et l’avait écouté jusqu’au bout, preuve si il en fallait de la gentillesse du zora. L’hylien émit un soupir mental, se demandant franchement comment retenter un assassinat si sa cible se montrait si conciliante avec lui. Il pouvait faire beaucoup de chose lorsqu’on l’embauchait. Énormément de choses même. Mais serait-il prêt à s’en prendre à ceux qu’il aura apprit à connaître même brièvement ? Quelque chose d’inconfortable remua dans sa poitrine et il fronça les sourcils, tentant d’en découvrir l’origine.
Il reporta pourtant bien vite son attention sur le zora qui le dominait très largement de part sa taille. Il repoussa donc ses questions dans un coin de son esprit, songeant à en trouver les réponses plus tard. Il haussa quelque peu un sourcil à l’engouement perceptible, une étincelle faisant scintiller positivement ses yeux alors qu’il émettait un bruit de gorge semblable à un rire. Le prince était amusant. Lui reconnaissable ? Oh si peu ! Si Alis n’était pas un spécialiste des zora, il n’en demeurait pas moins qu’un spécimen de la taille et de la couleur du prince, ça ne courrait pas les rues ! La suite aiguisa l’intérêt du mercenaire qui classifia les quelques informations dans son dossier mental intitulé ‘Sidon’. Il sourit à sa phrase, comprenant malgré tout qu’on ai parfois besoin d’être seul ou bien que nos goût en matière de temps pour sortir étaient différents.

En tout cas il ne s’attendait pas vraiment à voir l’air sérieux qui aggrava le visage du prince. En simple réponse à cela, il haussa un sourcil, posant une évidente question par ce simple geste. Mais qu’il l’ai vu ou pas, Sidon répondit à cette même question dans la foulée. Alis l’observa longuement, le laissant poser sa main contre la blessure qui pulsait régulièrement sans émettre le moindre mouvement de recule ou plainte de douleur. C’était triste à dire, mais il possédait une bonne tolérance à la douleur, métier oblige. Ça ne voulait pas dire qu’il la ressentait moins que les autres, mais plutôt qu’il avait un seuil de tolérance plus élevait que tous ceux qui n’étaient pas habitués à cela. En tout cas, l’hylien pu alors avoir une vue imprenable sur les griffes du zora ainsi que sur la taille de sa main. Elle devait bien faire au moins la taille de son ventre et ainsi proche de sa blessure, elle se trouvait toute aussi proche de sa gorge, ce qui ne le mettait pas bien à l’aise. Il n’en montra pourtant rien, haussant plutôt les épaules.

- Ce n’est rien n’important, j’ai du heurter un rocher en chutant mais je ne pense pas que ce soit cassé. - dit-il avec un désintérêt pour sa personne plutôt flagrant.

Et bien en fait, ça POUVAIT être cassé. Sauf que la douleur était tolérable dans son seuil et donc il ne pouvait pas LUI l’imaginer cassé.

De nouveau, Alis fut prit par surprise par l’inquiétude dont faisait preuve le zora envers le parfait inconnu qu’il était. Il était vraiment…. ‘trop mignon..’ pensa le mercenaire avant de cligner des yeux puis de les écarquiller. Il explosa de rire par la suite tellement la pensée était saugrenue, mais aussi car la culpabilité était en train de lui labourer les entrailles de ses griffes impitoyables. Et il avait voulu tuer ce type ? Oh putain son contrat était tellement mort.
Son sourire s’arrêta aussi vite qu’il avait débuté et il poussa un profond soupir, bougeant légèrement son épaule, un tic de douleur agitant brièvement son œil avant qu’il ne croise les yeux du prince, un sourire désolé aux coins des lèvres.

- Désolé pour ça. Juste.. non ce n’est pas nécessaire de faire tout un ramdam pour une si petite blessure. - minimisa d’un geste nonchalant l’hylien. ‘Enfin, tant qu’on s’amuse pas à la presser.’ pensa t-il silencieusement bien à l’abri dans sa tête.

Alis jeta un coup d’œil tout autour de lui. Le temps n’était pas idéal effectivement et ce n’était là qu’un doux euphémisme. Le vent était violent, la pluie forcissant plus encore parfois et l’orage accompagnait les nuages noirs. Le temps n’avait semble t-il pas vraiment envie de se calmer.

- Ouais, il semblerait que le temps ne soit pas de notre côté pour le coup. - acquiesça le mercenaire avant de sourire en direction du zora - Je ne vais pas risquer ma vie par pure fierté mal placée vous savez. Ça veut dire que oui, je reste ici le temps de me reposer. Je me demande bien pourquoi vous êtes si inquiet pour quelqu’un que vous ne connaissait même pas. - rit avec légèreté celui qui quelques minutes plutôt avait attenté à la vie du prince.

- Et donc vous sortez tout le temps lorsque la pluie bat son plein par ici ? Toujours sur les falaises ? N’est-ce pas dangereux ? - relança Alis, désignant vaguement sa blessure en preuve de ces ‘dangers’, un sourire espiègle sur son visage - Votre vie en tant que Prince ne semble pas trop dur, les monstres sont si peu présent par ici ? Je n’ai pas vraiment l’habitude de me balader du côté des zora. -
Revenir en haut Aller en bas
Sidon Rutoria
Prince des Zoras
avatar

Always remember that I believe in you!
Crédits : me
Messages : 51

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]   Dim 23 Juil - 23:11

Alis & Sidon
Always be careful of what's around you.

Les alentours ne dissimulent pas que des monstres
Peu après m'être inquiété de la blessure du jeune homme, celui-ci éclata de rire. Je penchais la tête sur le côté, ne comprenant pas vraiment sa réaction. Avais-je fait ou dit quelque chose de mal ? Avais-je fait quelque chose de travers, quelque chose de comique ? Avais-je pensé tout haut une phrase sans queue ni tête ? Je dû me rendre à l'évidence que je n'aurais jamais de réponses à mes questions, vu que l'Hylien s'arrêta aussi vite qu'il avait commencé, poussant un long soupir. Quelque chose me parût alertant dans son geste, mais je ne sus mettre la main dessus.
Le dénommé Alis prit ensuite un sourire désolé, avant de me répondre qu'il n'était pas nécessaire d'en faire autant pour une blessure comme celle-ci. Je hochais la tête. Soit, s'il le disait ainsi...

Il regarda ensuite autour de lui pour acquiescer mes propos : Le temps n'était pas idéal pour voyager. Il me rassura en m'assurant qu'il resterait ici pour se reposer, avant de me demander pourquoi je m'en faisais pour un inconnu comme lui. J'émis un léger rire, ce n'était pas vraiment intentionnel, je m'inquiétais naturellement pour les gens autour de moi, cherchant toujours à les aider...

Il me posa ensuite quelques questions sur les environs et les dangers environnants – ainsi que sur mes habitudes à me balader par ici en jour de pluie et de tempête. Je ris une nouvelle fois. Les environs n'étaient pas extrêmement dangereux, mais ils n'étaient pas non plus sans danger pour un visiteur ne connaissant pas les environs. Les chutes étaient fréquentes, et les blessés aussi. Les falaises étaient dangereuses pour quelqu'un n'y connaissant rien.
Je regardais donc le dénommé Alis avec un grand sourire pour répondre à chacune de  ses questions une à une.

« Pourquoi je suis inquiet ? Pourquoi ne devrais-je pas l'être, plutôt ? Tu semblais blessé, et que tu sois inconnu ou non, je ne vois pas pourquoi je devrais l'ignorer. Parce que je ne te connais pas, je devrais te laisser agoniser, ou bien même couler ? Non, pour moi, l'inquiétude a sa place partout, que je connaisse la personne ou non ! »

Je marquais une pause, un peu enjoué par mes propos. Il était vrai que c'est ce que je pensais, quelle que soit la personne, si elle avait besoin d'aide alors soit, je serais là pour la lui apporter. Quelle était cette règle où il fallait connaître la personne pour s'inquiéter à son propos ?
Je me tournais vers Alis pour continuer mon discours.

« Je ne sors pas seulement lorsque la pluie bat son plein – je sors plutôt lorsque j'en ai l'occasion. Quand je n'ai pas de travail au domaine, ou que je ne suis pas en excursion diplomatique. Quand je suis libre, je me ballade autour du domaine, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige. Bien sûr, c'est dangereux, surtout quand la foudre tranche le ciel comme ça. Je n'imagine même pas quelle malheur cela pourrait être si la foudre décidait de s'abattre sur moi... Je veux dire, nous somme le peuple le plus sensible à la foudre, nous ne pouvons même pas tenir une flèche électrique et encore moins nous servir d'une... »

Je fis une nouvelle pause, histoire de réfléchir un peu – enfin, c'était plus une pause pensive. Mon regard s'était posé sur le ciel noir et tranché d'éclairs. J'aimerais bien un jour pouvoir tenir une de ces flèches, ou pouvoir toucher la foudre sans en être affreusement blessé. Je poussais un long soupir, puis reprenais mon sourire habituel.

« Bien sûr, il y a des monstres qui peuvent rôder aux alentours, comme dans chaque contrée. Mais nous faisons souvent des rondes pour voir si certains sont venus sur notre territoire et pour les repousser. Bien sûr, cela est plus difficile quand il s'agit de monstres possédant des capacités ou armes électriques, et nous devons être plus prudent, voir porter des armures plus appropriées, et parfois faire une demande à ce qu'une garde alliée vienne pour nous – en échange d'un autre service, bien entendu, et en assurant la protection de cette garde demandée.. »

Je soupirais légèrement et souris de nouveau. Je n'allais pas me plaindre, voyons !

« Enfin, les alentours peuvent être dangereux si tu ne connais pas trop le coin. Tu peux – par exemple – retomber sur une pierre résistante qui pourrais te faire trébucher et chuter. Les falaises peuvent être dangereuses pour un étranger du coin, c'est pourquoi il est recommandé d'en connaître un minimum sur le coin.. »

Je regardais l'Hylien avec un grand sourire.

« Si tu veux – une fois la tempête terminée – je pourrais te faire visiter les environs, ainsi tu ne seras plus en danger et tu n'auras plus le risque de te blesser. Les falaises sont d'autant plus dangereuses en tempête, car elles sont plus glissantes, et la pluie et le vent sont des mauvais amis ici »

Je fis une courte pause, alors qu'une question me chatouilla l'esprit. Je la posais en penchant la tête.

« Et toi, au fait, que fais-tu ici ? »

_________________



Theme

     Voix
Revenir en haut Aller en bas
 
Les alentours ne dissimulent pas que des monstres. [PV Sidon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les monstres MH3, traduction jap/FR des noms et images
» [2000 pts] Gob / Monstres et chef orques
» [Résolu][GTBS] problèmes de suppression des morts et de monstres immobiles...
» Réduction temporaire des prix : Kit et pack Monstres
» [Guide] Les Monstres de Doom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyrule's Chronicles :: Relais de la Détente :: Temple des Archives :: Archives rp-
Sauter vers: